Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Centre de Recherche
en Technologies Industrielles CRTI

crti

Laboratoire de soudage et techniques d’assemblages

Laboratoire de soudage et techniques d’assemblages

Présentation :
Les missions principales de ce laboratoire sont :

  • Soudage et réparation par différents procédés (Electrode enrobée, TIG, MIG MAG).
  • Appliquer de nouvelles procédures de soudage pour les matériaux innovants (les alliages légers, les polymères, etc.) ;
  • Formation de stagiaires soudeurs sur différents procédés et différent matériaux.
  • Assistance et développement de nouveaux procédés de soudage en collaboration avec les chercheurs.

Procédés de soudage :
1. Soudage oxyacétylénique. (Chalumeau).
Utilise la chaleur de combustion d’un gaz combustible (acétylène ou propane) mélangé dans certaines proportions à l’oxygène (O2). (Procédé chimique).
Utilisation : Soudages des tôles et réparation.

2. Soudage à l’arc avec électrode enrobée. (SMAW).
Le soudage à l’arc avec électrode enrobée est le procédé de soudage le plus couramment utilisé. Dans ce procédé, on fait surgir un arc électrique entre le bout de l’électrode et le métal à souder. L’électrode est constituée d’une âme métallique, recouverte de flux ou d’un revêtement (enrobage). L’électrode fond au fur et à mesure de l’opération de soudage. Le flux protège de l’air ambiant les ions métalliques de l’arc et assure ainsi la stabilité de l’arc. A mesure que le flux fond, il dégage des fumées et dépose un laitier protecteur sur le métal en fusion. Ce type de soudage est utilisé pour les travaux d’entretien et de réparation effectués sur l’acier doux, l’acier inoxydable et les métaux non ferreux.

3. Soudage TIG (Gaz Inerte) : (GTAW)
Pour le soudage à l’électrode de tungstène (TIG), un arc électrique est amorcé entre la pièce à souder et l’électrode de tungstène. L’électrode demeure réfractaire à la fusion. La protection de l’arc est assurée par un débit continu de gaz inerte, habituellement de l’Argon (ou aussi de l’Hélium ou encore un mélange Argon – Hélium). Cette protection empêche les gaz atmosphériques de pénétrer dans la zone de soudage. L’arc peut fusionner deux pièces de métal sans métal d’apport. En cas d’apport de métal, celui-ci est introduit sous forme de baguette. Le soudage TIG sert couramment dans les travaux de soudage d’aluminium (soudage métaux nobles). Il peut également servir à souder les pièces en acier doux ou en acier inoxydable.

4. Soudage MIG (gaz inerte) (GMAW).
Le soudage à l’arc sous protection gazeuse avec fil plein est appelé également soudage en atmosphère inerte avec fil-électrode fusible (procédé MIG). Dans ce procédé, la tête de soudage d’un pistolet à souder déroule à vitesse constante un fil plein. La protection est assurée par un gaz inerte, habituellement de l’argon (ou l’hélium ou encore un mélange de ces deux gaz avec du CO2). Ce type de soudage n’entraine pas de formation de laitier. Il est utilisé surtout pour les travaux de soudage de l’acier doux, du cuivre, de nickel, d’acier inoxydable, de magnésium et d’aluminium.
Utilisation : Soudage des alliages ferreux et non ferreux.

5. Soudage MAG fil plein (gaz actif). (GMAW)
Le soudage à l’arc sous protection de gaz actif avec électrode fusible (MAG) est réalisé à partir d’un arc électrique créé et entretenu entre le fil d’apport à dévidage continu et la pièce à souder. L’énergie calorifique de l’arc fait fondre localement la pièce à assembler et le fil métallique pour constituer le bain de fusion, puis le cordon de soudure. Le bain de fusion est protégé de l’atmosphère externe via un gaz de protection actif (CO2, Argon, CO2/Argon). Un générateur électrique fournit le courant continu.
Utilisation : assemblage charpente et maintenance.

6. Soudage MAG fil fourré. (FCAW)
Le soudage à l’arc avec fil fourré de flux (MAG fil fourré) est appelé également soudage FCAW. Dans ce procédé, la tête de soudage d’un pistolet à souder déroule à vitesse constante un fil constitué d’un tube en métal fourré de flux. Le flux aide à amorcer l’arc, forme un laitier et comprend des additifs destinés à renforcer la soudure. Le gaz de protection (CO2, mélange Argon – CO2) dépend du fil fourré utilisé (possibilité d’une autoprotection par dégagement du gaz protecteur suite à la décomposition du flux). Ce type de soudage est utilisé surtout pour les travaux d’assemblage mécanique (charpente) ou de maintenance générale en aciers au carbone et aciers inoxydables. Il y a des cas où le soudage se fait sans protection gazeuse.

7. Soudage sous flux solide :
Un arc électrique libre, jaillit à l’intérieur du flux en poudre déversé autour du fil électrode. Ceci assure la fusion simultanée des pièces à souder avec appui d’un ou plusieurs fils électrodes fournissant le métal d’apport. Le transfert du métal fondu dans l’arc de soudage se fait par gouttelette enrobée de flux fondu protégé par son enveloppe de laitier (auto détachable), le métal déposé est lisse et brillant. L’excédent du flux qui n’a pas été fondu est aspiré.

Equipements :




Postes à souder : MILLER DELTAWELD 602 MIG MAG / MILLER INVISION 450 Mpa / DYNASTY 350 TIG.





Poste à Souder: LINCOLN ELECTRIC SQUARE WAVE TIG – 355.