Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Centre de Recherche
en Technologies Industrielles CRTI

crti

Historique

Avant 1985
Après son indépendance en 1962, l’Algérie à travers ses pouvoirs publics a accordé une importance capitale au développement économique en particulier celui du secteur indu...Lire la suite

Après son indépendance en 1962, l’Algérie à travers ses pouvoirs publics a accordé une importance capitale au développement économique en particulier celui du secteur industriel. L’objectif d’une industrie stable et conforme aux normes imposées par les exigences mondiales a incité le passage par des étapes ardues et complexes de structuration. Cependant, à cette époque de construction du pays, plusieurs disciplines de recherche en relation avec le secteur industriel étaient inconnues ou encore inexploitées, notamment celle du Contrôle Non destructif (CND).
En effet,il n’existait à l’époque que quelques sociétés telles que SERTAL qui activaient seulement dans la radiographie. Les autres techniques de CND étaient presque inexistantes Parallèlement, il y a eu une véritable prise de conscience sur l’importance de la recherche scientifique, et sa mise à contribution dans le développent de l’économie nationale. C’est pour cela qu’il fut créé quelques centres et instituts qui mettaient à la disposition des universités leurs laboratoires pour des expérimentations dans le cadre de la recherche, dont l’institut en Energie Nucléaire (IEN) puis le Centre Scientifique des Technologies Nucléaires(CSTN)qui a été remplacé par le Commissariat aux Energies Nouvelles (CEN) en 1982.
Grace à ces institutions il y a eu une progression considérable dans le domaine de la recherche, qui a suscité l’élargissement de ces structures et la création du HautCommissariat à la Recherche (HCR) en 1985,qui regroupait des Centres de Développement spécialisés en plusieurs disciplines, dont le Centre de Développement en Conversion d’Energie (CDCE).

Avant 1985

Création du Laboratoire de Soudage et de Contrôle Non Destructif (LSCND)
C’est sur proposition du Haut Commissariat à la Recherche que fut créé en 1985 le laboratoire de soudage et de contrôle non destructif (LSCND), ce laboratoire dépendait dire...Lire la suite

C’est sur proposition du Haut Commissariat à la Recherche que fut créé en 1985 le laboratoire de soudage et de contrôle non destructif (LSCND), ce laboratoire dépendait directement du Centre de Développement en Conversion d’Energie (CDCE). Il constitue l’ébauche du CRTI actuel et activait dans le domaine du CND en se basant essentiellement sur le contrôle par radiographie et proposait ses services aux industriels.Ilentreprenait également des travaux de recherche sur le développement et perfectionnement des autres techniques relatives au CND. Le volet recherche était encore en phase de mise en application et la production scientifique de l’époque se résumait à quelques rapports scientifiques et techniques et quelques communications.
Lesressources humaines qui constituaient le laboratoire étaient issues de l’intégration de personnes provenant de différentes institutions en relation avec le soudage et le CNDtelles que SERTAL, HCR, universités et ne dépassait pas un total de 70 personnes.

Création du Laboratoire de Soudage et de Contrôle Non Destructif (LSCND)

Création de l’unité de développement des techniques de soudage et de contrôle non destructif (UDTSCND) selon l’arrêté 9 Janvier 1988
L’unité de développement des techniques de soudage et de contrôle non destructif (UDTSCND) fut créée selon l’arrêté du 9 Janvier 1988 suite à l’accroissement des comp...Lire la suite

L’unité de développement des techniques de soudage et de contrôle non destructif (UDTSCND) fut créée selon l’arrêté du 9 Janvier 1988 suite à l’accroissement des compétences du HCR et la création de nouveaux Centres de Développement spécialisés. L’unité était dépendante du Centre de Développement des Matériaux (CDM)qui avait commeprérogatives de perfectionner les techniques de CND dont le contrôle par radiographie, le contrôle par ondes ultrasonores et le contrôle par des techniques complémentaires, sans oublier le développement du soudage. L’importance de cette phase réside dans l’élargissement du domaine d’intervention du laboratoire et la prise de conscience de l’importance du développement de ce genre de techniques en Algérie qui dépendait presque entièrement de l’étranger.
Cette unitéa été transférée à cheraga et son siège était constitué de plusieurs baraques qui abritaient des laboratoires, des ateliers et un service de gestion administrative et financière.Cette évolution a nécessité un recrutement massif du personnel administrateur pour atteindre un effectif de 123 employés.

Création de l’unité de développement des techniques de soudage et de contrôle non destructif (UDTSCND) selon l’arrêté 9 Janvier 1988

Création du Centre de Recherche Scientifique et Technique en Soudage et Contrôle par décret 92-280 du 06/07/1992.
Dans les années 80, le HCR dépendant de la Présidence de la République avait pour rôle le développement des projets de recherche entrepris au niveau des Centres de Développe...Lire la suite

Dans les années 80, le HCR dépendant de la Présidence de la République avait pour rôle le développement des projets de recherche entrepris au niveau des Centres de Développent. Quelques temps plus tard cette tache est revenue au Ministère l’Enseignement Supérieur (MES) qui a pris en charge le volet de la recherche scientifique pour devenir le Ministère l’Enseignement Supérieur et de la recherche Scientifique (MESRS). Ce passage a été marqué par la création de nombreux Centres de Recherche dont le Centre de Recherche Scientifique et Technique en Soudage et Contrôle. C’est à cette époque que la notion de la recherche scientifique a pris son véritable essor.
Le CRTI fut créé par le décret 92-280 du 06 juillet 1992. Sa mission n’étant pas différente de celle l’UDTSCND, néanmoins le statut de Centre de recherche lui a conféré une plus grande notoriété dans le milieu industriel et a mis l’accent sur l’importance des activités de recherche relatives aux techniques d’assemblage, de soudage et de contrôle Non Destructif.
La direction du centre, nouvellement crée, a alors entrepris une procédure de recrutement des attachés de recherche et du personnel de soutien pour atteindre un potentiel humain de 165 employés.

Création du Centre de Recherche Scientifique et Technique en Soudage et Contrôle par décret 92-280 du 06/07/1992.

Erigé en Etablissement Public à caractère Scientifique et Technique (EPST) par le décret 03-461 du 1er Décembre 2003
Après trois ans d’activité dans le domaine de la recherche scientifique et notamment dans le développement des techniques de soudage et de CND, les chercheurs et le personnel ...Lire la suite

Après trois ans d’activité dans le domaine de la recherche scientifique et notamment dans le développement des techniques de soudage et de CND, les chercheurs et le personnel de soutien technique du CSC, ont cumulé un acquis de savoir considérable vu leurs nombre réduit comparé à l’ampleur de ses objectifs.
En effet, la Direction du centre amis tous les moyens matériels nécessaires et a orienté tous les efforts de son personnel pour satisfaire les critères de passage à un établissement Public à caractère Scientifique et Technique (EPST), en comptabilisant plus de 60 attachés de recherche répartis dans quatre divisions de recherche.

Erigé en Etablissement Public à caractère Scientifique et Technique (EPST) par le décret 03-461 du 1er Décembre 2003

Rattachement de l’unité de Recherche Appliquée en Sidérurgie et Métallurgie (URASM) selon l’Arrêté n°23 du 04/04/2006
Avec l’élargissement de ses activités et de son champ d’intervention, le CSC se devait d’étendre son infrastructure et de répartir ses travaux dans des unités de recherc...Lire la suite

Avec l’élargissement de ses activités et de son champ d’intervention, le CSC se devait d’étendre son infrastructure et de répartir ses travaux dans des unités de recherche afin de couvrir un maximum de domaines.
C’est pour cela que fut créée, en 2005 à Annaba, l’unité de Recherche Appliquée en Sidérurgie et Métallurgie (URASM) qui entreprenait des travaux de recherches dans le domaine de la sidérurgie et de la métallurgie en développant de nouveaux produits, procédés et systèmes spécifiques à la technologie du fer et de l’acier.
Avec le rattachement de cette unité, le potentiel humain du CSC a augmenté pour atteindre un effectif total de 198 employés.

Rattachement de l’unité de Recherche Appliquée en Sidérurgie et Métallurgie (URASM) selon l’Arrêté n°23 du 04/04/2006

Création de la filiale CSC-Expertise selon l’arrêté n°268 du 20/09/2010
Dans la perspective d’assurer un meilleur rapprochement avec le secteur Socio-économique et afin de séparer les activités de recherche des activités commerciales, le CSC s’...Lire la suite

Dans la perspective d’assurer un meilleur rapprochement avec le secteur Socio-économique et afin de séparer les activités de recherche des activités commerciales, le CSC s’est lancé dans un long processus de filialisation pour créer la première société par action dépendante d'un centre de recherche, CSC-Expertise spa.
CSC Expertise Spa a été créée le 18 février 2009, suite à la décision stratégique de l’externalisation de l’activité d’inspection en contrôle non destructif (CND) qui était du ressort de l’ancien département d’assistance technique du CSC qui fournissait, depuis sa création en 1985, des prestations de service au secteur industriel dans le domaine du soudage et du Contrôle Non destructif.
Toutefois, afin de bénéficier de l’expérience et du savoir-faire du centre mère, la filiale nouvellement créée, a intégré dans son personnel des ingénieurs et des techniciens provenant du centre de recherche CSC Cheraga.

Création de la filiale CSC-Expertise selon l’arrêté n°268 du 20/09/2010

Création de l’unité de Recherche en Technologie Industrielle (URTI) selon l’arrêté ministériel n° 144 du 15 Mars 2011.
Afin d’étendre son champs d’activité dans le territoire National et de mieux répondre aux besoins de ses partenaires, la Direction du CSC a créé, en 2010à Annaba, sa deux...Lire la suite

Afin d’étendre son champs d’activité dans le territoire National et de mieux répondre aux besoins de ses partenaires, la Direction du CSC a créé, en 2010à Annaba, sa deuxième unité de recherche (URTI –Annaba), selon l’arrêté ministériel n° 144 du 15 Mars 2011.
Rattachée au centre de Recherche en Soudage et Contrôle (CSC), Cette unité est chargée des activités de recherche et de développement dans le domaine des technologies industrielles.

Création de l’unité de Recherche en Technologie Industrielle (URTI) selon l’arrêté ministériel n° 144 du 15 Mars 2011.

Création de l’Unité de Développement des Couches Minces et Applications (UDCMA) – Sétif selon l’arrêté ministériel N° 412 du 12/11/2012
Dans le but d’élargir et de structurer ses activités de recherche à travers le pays, le CSC a créé sa troisième unité de recherche, l’Unité des Couches Minces et Applic...Lire la suite

Dans le but d’élargir et de structurer ses activités de recherche à travers le pays, le CSC a créé sa troisième unité de recherche, l’Unité des Couches Minces et Applications (UDCMA).
Située à Sétif, elle a pour mission principale d’entreprendre des travaux de recherches sur les matériaux massifs et en couches minces pour leurs applications dans le domaine des télécommunications, de la santé, de l’environnement et de l’énergie.
Le rattachement de cette unité de recherche a nécessité un recrutement massif des attachés de recherche et du personnel de soutien, ce qui a permit au CSC d’atteindre un effectif de 604 employés.

Création de l’Unité de Développement des Couches Minces et Applications (UDCMA) – Sétif selon l’arrêté ministériel N° 412 du 12/11/2012